Une belle rencontre!

Une belle rencontre

Au rayon librairie, au sortir d’une allée, j’ai rencontré Béatrice Riand. ET, elle m’a raconté son histoire!

Et je dédie cette rencontre à vous toutes, Mesdames, qui m’avez fait fait confiance, que j’ai accompagnées dans votre reconstruction après un harcellement professionnel.

Merci Béatrice pour cette belle rencontre!

Extrait de l’article de Valérie Fournier, journaliste du magazine féminin de modes: FEMINA

 

4ème de couverture de son livre témoignage:

J’AURAIS PRÉFÉRÉ BAUDELAIRE HEUREUX

Éditions Baudelaire

” Le harcèlement sexuel détruit, le harcèlement sexuel moral explose, mais sur les ruines poussent toujours quelques herbes folles. Une femme refuse la soumission servile et l’autoritarisme abusif, refuse la proximité physique imposée  et les pressions de tous genres, d’abord seule, puis soutenues par ses collègues, professeurs. Et c’est alors toute une école qui prend les armes…Elle ignore désormais cette main invariablement le borné lui présente. Malgré les humiliations constantes, les menaces réitérées, les affronts répétés, chaque matin, pendant des années, elle lui donne sa main, qu’il emploie consciencieusement à broyer. Il serre la main, il serre vraiment la main, emprisonne les doigts, meurtrit la chair, et il prend le temps, il prend son temps. Avec un sourire, dans un coup sec, il la projette ensuite contre lui, et la déséquilibre. Chaque matin, sans jamais en oublier un seul, mois après mois, il la brise d’un geste. C’est un salut martial, et dans ses oreilles à elle résonne un sinistre claquement de bottes dans le tumulte affolé d’un quai de gare. Elle refuse maintenant ce trouble rituel de soumission, mais tous les jours devra le lui signifier. Parce que chaque matin, invariablement, il lui tend brutalement la main, bonjour, Madame.”